Oui Dire Editions - Site officiel

Contes traditionnels, créations contemporaines, pour tous les publics, de la petite enfance à l'adulte

Platero et moi

Juan-Ramón Jiménez

Platero y yo est sans conteste le plus célèbre des récits en prose de Juan Ramón Jiménez, (1881-1958), poète espagnol d’inspiration symboliste, prix Nobel de littérature en 1956. Mario Castelnuovo-Tedesco en a sélectionné et magistralement mis en musique vingt-huit chapitres : ceux où vibre avec le plus de force la pensée du poète. Chronique de la vie quotidienne à Moguer au début du siècle dernier, journal intime de l’auteur qui y exprime les sentiments divers qui animent son âme devant le spectacle du monde, Platero y yo nous offre un regard à la fois réaliste et idéalisée, exprimée dans une langue riche des mille couleurs du paysage andalou. Un récit qui représente pour les Espagnols, ce que Le Petit Prince représente pour les Français : une œuvre d’auteur touchant au mythe.

19,00 €

Platero et moi

Platero y yo, représente pour les Espagnols ce que Le Petit Prince sont pour les français : une œuvre touchant au mythe.

Platero y yo, représente pour les Espagnols ce que Le Petit Prince sont pour les français : une œuvre touchant au mythe.


Platero y yo est sans conteste le plus célèbre des récits en prose de Juan Ramón Jiménez (1881-1958), poète espagnol d’inspiration symboliste, Prix Nobel en 1956, dont le langage, à la fois sobre, concis, précis, mais aussi elliptique, ouvre un monde intérieur d’une grande richesse. De dix-huit ans l’aîné de Lorca et de six ans le cadet de son ami Machado, né à Moguer, petite ville andalouse de la province de Huelva, Jiménez déploie, dès le début du XXe siècle, une activité créatrice intense qui ne tarde pas à faire de lui l’un des écrivains les plus en vue de la capitale espagnole. En 1913, il rencontre Zenobia Camprubí Aymar (1887-1956) dont il tombe éperdument amoureux et qu’il épousera en 1916, lors d’un séjour à New York. Après son retour à Madrid, profondément marqué par cet amour et impressionné par la découverte de l’océan, il développe l’idée d’une « poésie pure » (poesia desnuda), une poésie habitée par un idéal supérieur de beauté et détachée de tout contenu idéologique, politique ou social. Jiménez se veut un poète du raffinement, de la nuance et ses compositions sont souvent dotées d’une large dimension musicale.

Moins radicalement engagé que Machado ou Alberti, mais néanmoins fidèle à ses idéaux humanistes et soutenant indéfectiblement la République, Jiménez s’exilera après la guerre civile : États-Unis, Cuba, Porto-Rico enfin. Certainement en raison de son oeuvre, intimiste et non explicitement engagée, et probablement aussi parce qu’il n’a pas connu de fin tragique, comme Lorca ou Machado, ce poète, à la fois discret et de conviction, ne deviendra jamais une icône de l’exil et restera ainsi moins connu, hors du monde hispanique. Il resta sa vie durant fidèle à ses idéaux et demeure à jamais, dans le coeur des Andalous, des Espagnols et même en Amérique latine, celui que l’on appelle affectueusement Juan Ramón, auteur de cette œuvre emblématique : Platero y yo.

L’oeuvre comprend 138 courts chapitres, comme autant de petits poèmes en prose. Une première édition partielle, de 63 chapitres, est publiée à Madrid, en 1914, dans une édition pour la jeunesse. L’édition intégrale sort en 1917. Platero y yo connut aussitôt un immense succès, devint livre de lecture scolaire dès 1920 et sera, dès lors, l’un des livres les plus lus, non seulement en Espagne même, mais aussi dans toute l’Amérique latine où il a bénéficié, comme tous les classiques, d’une multitude d’éditions, la plupart bon marché, modestes et populaires, au sens noble du terme.
Son contenu narratif tout comme ses qualités littéraires expliquent qu’il soit devenu un modèle de langue et d’esthétique en Espagne et qu’il représente, pour l’aire hispanique, ce que Pinocchio, Le Petit Prince ou La Chèvre de monsieur Seguin représentent pour les Italiens ou les Français : une œuvre d’auteur touchant au mythe.

Platero et moi, sous-titré Élégie andalouse, est un récit poétique qui décrit la vie et la mort de l’âne Platero, compagnon de l’auteur, prétexte à la description poétique de la vie andalouse, de la nature environnante, des saisons et des personnages. Platero est aussi le symbole et le paradigme de l’âne andalou, méditerranéen, et, au-delà, de l’animal domestique universel, à la fois outil de travail, moyen de transport, mais aussi compagnon, ami et confident.
Sa forme est celle d’un « récit poétique ». Ce genre, assez rare en Espagne, a des caractéristiques fortes : transition entre le roman et le poème ; réalisme inséré dans le lyrisme ; suite de brefs chapitres, pas plus longs qu’un poème en prose, à la fois autonomes et liés entre eux, bien qu’ils ne présentent pas de continuité apparente. Le tout forme assurément un ensemble cohérent et unitaire. Le récit poétique ne raconte pas une histoire, le déroulement d’une vie, mais seulement

une suite d’instants privilégiés où trois éléments sont primordiaux : le personnage (en général à la première personne ; ici, le narrateur est le poète lui-même), l’espace et le temps. Les saisons se détachent clairement et l’ensemble est organisé autour d’elles, en des oppositions de moments heureux ou malheureux qui sont liés au lieu dans lequel l’action se déroule : le village de l’auteur, Moguer. Dans ce paysage, à la fois typique et banal, les mois et les saisons suivent leur cours, mais non datés, ce pourrait être les mois d’une année quelconque, de n’importe quelle année. Ce n’est pas le temps de l’Histoire, c’est un temps atemporel, mythique, qui découpe la réalité en une suite discontinue faite de moments choisis où la nature, les animaux et les végétaux sont fréquemment humanisés.

Cette œuvre à plusieurs niveaux de lecture, bien qu’apparemment basée sur de simples anecdotes du quotidien, il est vrai magnifiées par l‘écriture poétique, délivre aussi une belle leçon de vie, évidente peut-être, mais trop souvent invisible : la campagne, le paysage sentent, bougent, varient, changent de couleur. Dans ces poèmes, la vie n’est pas seulement héroïsme, elle est aussi quelque chose de plus intime, tendre et chaleureux.
Livre pour la jeunesse donc – mais, comme notre Petit Prince, lu aussi, voire autant ou plus, par les adultes –, c’est à ce titre que l’âne Platero, comme tout personnage mythique, a suscité à son tour des recréations, des adaptations, des transpositions à d’autres arts (musique, cinéma, sculpture…). Citons à titre d’exemples : en 1974, un Platero y yo du compositeur Cristóbal Halffter, pour choeur, voix solistes et récitant ; en 1964, un film du réalisateur espagnol Alfredo Castellón ; ou encore, en 1960, le Platero y yo, pour narrateur et guitare, opus 190, du compositeur italien Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1968), genèse de la présente édition.

Parmi les 138 courts tableaux du livre, ce compositeur en choisit 28. Les indispensables, bien sûr, comme le début et la fin du récit poétique, ainsi que les plus beaux, peut-être, ses préférés, en tout cas. Il en fait une oeuvre nouvelle, à part entière, où musique et texte s’harmonisent parfaitement. Cette déclinaison personnelle, sorte de variation, s’inscrit dans le genre, assez rare en musique classique, d’oeuvres pour « voix parlée et instrument ou ensemble instrumental », comme l’emblématique Pierre et le Loup de Sergueï Prokofiev ou, moins connu, L’Histoire du soldat d’Igor Stravinsky sur un conte de l’écrivain suisse francophone Charles Ferdinand Ramuz.

Compositeur de tendance impressionniste et néoromantique très prolifique, Castelnuovo-Tedesco a écrit pour tous les genres et son style remarquablement fluide s’adapte bien à ses diverses sources d’inspiration souvent littéraire ; il a ainsi beaucoup écrit pour le théâtre, le ballet, le cinéma, les marionnettes, comme pour l’opéra, ou la voix seule, parlée ou chantée, sur des textes poétiques ou narratifs (Shakespeare, Machiavel, Musset, Oscar Wilde, Dante…). Ses très nombreuses pièces pour piano ou guitare, ses instruments de prédilection, sont d’ailleurs souvent conçues comme des poèmes symphoniques en miniature. C’est donc tout naturellement qu’il s’intéressa à Platero y yo.
En 2008, Oui’Dire éditions a publié le premier enregistrement intégral des chapitres musicalisés par Mario Castelnuovo-Tedesco. Pour cet album, une nouvelle traduction française s’imposa d’emblée, afin que le discours musical de la guitare épouse, aussi étroitement et aussi naturellement que dans l’original espagnol, le texte narratif français. Selon de nombreux avis, souvent amicaux, certes, mais toujours compétents, cette version chante par elle-même,

Aujourd’hui, avec ce livre-disque à destination des amateurs de poésie, francophones comme hispanophones, les portes du monde, ô combien riche et délicat de Juan Ramón Jiménez et Mario Castelnuovo-Tedesco, s’ouvrent en grand par la lecture et l’écoute. Aux musiciens, j’espère faciliter l’accès à cette oeuvre musicale, tant grâce à cette nouvelle traduction que par cette interprétation en langue originale, ma volonté première ayant toujours été de servir au mieux le sens, la fluidité et la musicalité de la langue, dans le strict respect de la partition ; aux hispanophones, modestement, que cela serve, pour ceux qui le souhaiteront, à se familiariser avec la langue du Petit Prince, en prenant appui sur un texte qu’ils connaissent déjà… sans oublier, pour tout un chacun, les bienfaits des leçons de vie que délivre l’âne Platero.

Comme Les Moineaux du chapitre XVII, je ne saurais trop recommander à nos frères, nos tendres frères humains de se mettre en état de poésie et, contents, sans fastidieuses obligations, sans ces olympes ni ces enfers qui mettent en extase ou qui tourmentent les pauvres hommes esclaves, de se promener, comme je l’ai fait, en toute liberté, dans cette oeuvre et de s’y baigner partout, à tout moment. Clément Riot


Auteurs Juan-Ramón Jiménez
Interprètes Clément Riot

Musique Ángel Romero Miguel
Illustration Godeleine de Rosamel
Collection A la marge
Langue bilingue – Français / Espagnol
Durée 246 mn - Livre + CD MP3
REF ODL928
EAN 9782376110361
ISBN 9782376110361
Ados et Adultes
928